Aller à

Logique Floue

Montréal, la nuit

À Montréal, la nuit |  Se côtoient les misères |  Les camés, les junkies |  On s'y sent solitaire

À Montréal, la nuit
Se côtoient les misères
Les camés, les junkies
On s'y sent solitaire

Trois fois sur l'horizon
Au loin tournoie un phare
Oblitère de rayons
Cette infâme nuit noire

Bâtisses abandonnées
Tous ces rêves brisés
De la brique s'effacent
Les plus anciennes traces

Dans un silence brisé
Par le bruit des moteurs
Des vies seront fauchées
Par les kilomètres-heure

La charpente des ponts
Comme autant de squelettes
Renforce cette vision :
Désolation complète

À petits pas pressés
On arrive d'où l'on vient
Ne voulant pas traîner
Dans cet enfer terrien

Que faites-vous si tard
Encore à l'extérieur
Tenez-vous donc si fort
Qu'il vous arrive malheur ? 

Anecdotes

© Simon Turcotte-Langevin, 2014

Licence CC BY-NC

Abonnez-vous à mon flux RSS pour ne rien manquer !

Les derniers ajouts

Question ? Commentaire ? Quoi que ce soit d'autre ?

Contactez-moi !

simon@logiquefloue.ca