Aller à

Logique Floue

L'inconnu 148

Une histoire à propos d'une implosion de bâtiments, de meurtres en série et d'un tueur au passé trouble qui occupe ses temps libres en fabriquant un canon artisanal. Histoire malheureusement incomplète : vous resterez sur votre faim, je vous le garantis !

Histoire de l'histoire

L'histoire se déroule pendant le week-end d'une démolition par implosion de deux anciennes tours à bureau

Photo : Jason Safoutin, licence BY-SA.

Été 2003. J'accompagne mon père, camionneur de métier, pendant une semaine dans son «truck» à faire Montréal - États-Unis aller-retour deux fois dans la même semaine.

L'effroyablement plate Autoroute 401 m'a achevé; mes yeux ne voient plus le paysage, tout au plus le poste frontière quand je pose le pied (ou le camion pose la roue, m'enfin, ne nous attardons pas sur des questions métaphysiques) pour la première fois en sol «amâricain».

Confondre l'emmerdemment (ou tromper l'ennui, c'est vous qui voyez) à bord d'un «truck» est assez difficile; c'est l'équivalent mobile d'un cabanon muni de sleeping bags.

Contrairement à un cabanon, cependant, il y a un ordinateur portable à bord. C'est un bon vieux Pentium 90 MHz muni de Windows 95 et de Word de la même année. C'est suffisant pour écrire une histoire !

Pendant les trois jours suivants, j'écris donc L'inconnu 148 à mesure que je pense au récit. 23 pages en trois jours : je crois que c'est un record personnel.

Après avoir dû utiliser une disquette pour extraire mon récit de l'antique ordinateur portable, j'essaie d'achever le récit. Malheureusement, l'inspiration n'y est plus et j'oublie le texte inachevé pendant les sept prochaines années.

À partir d'aujourd'hui, ce récit, faute d'être terminé, sera distribué ! Téléchargez-en une copie ci-dessous et soyez déçus quand le récit se termine inexplicablement sur la phrase

Il sonna plusieurs fois, mais personne ne lui répondit. Alors qu’il s’appêtait à sortir

Mot de la fin

Lecteurs, pardonnez-moi parce que je ne sais savais pas ce que je fais faisais !

Quand vous rencontrerez une erreur factuelle (et il y a en beaucoup au niveau technique), dites-vous que :

  1. J'entrais en secondaire 5 l'automne suivant
  2. J'ai écrit le texte sans documentation (internet mobile n'existait pas encore)
  3. Je n'avais pas encore fait mon cours en génie électrique
  4. Je n'avais pas non plus fait mon cours d'artificier

© Simon Turcotte-Langevin, 2014

Licence CC BY-NC

Abonnez-vous à mon flux RSS pour ne rien manquer !

Les derniers ajouts

Question ? Commentaire ? Quoi que ce soit d'autre ?

Contactez-moi !

simon@logiquefloue.ca