Aller à

Logique Floue

19 juin 2010 – Feu de Taïwan

International des Feux Loto-Québec – Saison 2010

Feu présenté par la firme San Tai Pyrotechnics sous le thème D'Accord (d'après l'accord de Copenhague).

Trame sonore

Des feuilles mortes pendant la finale
  1. Michael Jackson - We Are the World Acheter sur iTunes
  2. Hans Zimmer - King Arthur OST - Woad to Ruin Acheter sur iTunes
  3. Ramin Djawadi - Iron Man OST - Fireman Acheter sur iTunes
  4. Harald Kloser & Thomas Wander - 2012 Doomsday OST - End of the World
  5. Cloches tibétaines
  6. Maitri Vihar Monastery - Monks of Maitri
  7. James Horner - Avatar OST - [Titre non-spécifié]
  8. Leopold Mozart - Cassation in G Major - Toy Symphony Acheter sur iTunes
  9. Louis Armstrong - What a Wonderful World Acheter sur iTunes
  10. Céline Dion - A New Day Has Come Acheter sur iTunes

Source : site officiel.

Évaluation du spectacle

Premières bombes du spectacle

Diadèmes bleus avec queue de comète

D'Accord - 14 La grande richesse des couleurs pendant la finale

À peu près tout fonctionnait de travers hier à La Ronde avant que ne débute la performance de la firme taïwanaise. Tout d'abord, Michel Lacroix, la voix d'or et le maître de cérémonie habituel de l'International des Feux, brillait par son absence. Ensuite, un marron d'air avec titane a été lancé avant même le début de la cérémonie protocolaire, alors que le premier est généralement lancé après que le maître de cérémonie soit présenté. Pour finir, l'éclairage de la Grande Roue a été éteint deux minutes avant le début du spectacle, pour finalement être rallumé en quatrième vitesse juste avant le compte à rebours. Le tout sans parler de la météo qui faisait des siennes. Heureusement qu'il n'y a eu aucun pépin technique (à ma connaissance) pendant le spectacle !

Finalement, une fois le compte à rebours terminé, la musique a commencé, puis un groupe de pièces aériennes a été lancé, ce qui a donné l'impression d'un décalage entre la trame sonore et le lancement des pièces. Cependant, comme la synchronisation du spectacle a été généralement adéquate, il faut conclure que la conceptrice, Helen Ong, a choisi de débuter son spectacle en lançant ses pièces après le début de la trame sonore. Une bien curieuse décision...

Le spectacle était conçu sensibiliser la population à la cause de l'environnement. Ainsi, il était d'abord prévu de présenter le monde actuel (avec la chanson «We Are the World»), puis montrer la planète qui se révolte contre ses habitants (segment «Fin du monde») pour finalement conclure en présentant un monde nouveau, où tous les habitants vivent en paix avec la nature. Malheureusement, malgré un thème et un synopsis clairement établis, le lien avec les pièces pyrotechniques utilisées était plutôt faible.

À la manière de l'Italie la semaine dernière, la trame sonore était le maillon faible du spectacle et les enchaînements entre les pièces musicales étaient très peu sophistiqués. Dans le cas qui nous occupe, ils étaient littéralement inexistants et prenaient la forme d'une pause complète de cinq à dix secondes entre chaque chanson. Nul besoin de dire que les spectateurs ont eu tout le temps voulu pour applaudir, prendre une gorgée de bière et discuter de fond en comble du tableau précédant avant que l'autre ne commence (c'est exagéré, mais vous comprenez l'idée).

Heureusement que San Tai Pyrotechnics fabrique des pièces de grande qualité ! Faute d'avoir un thème et une trame sonore dignes de l'International des Feux, leurs pièces aériennes innovatrices (avez-vous déjà vu des explosions en forme de poisson et de chat, vous ?) et leurs couleurs vives ont plu à tous. Par contre, j'ai trouvé que les diadèmes revenaient trop souvent. Heureusement qu'il y a diverses façons de construire ces pièces, ce qui a évité d'avoir une répétition trop apparente à ce chapitre.

Au niveau de l'utilisation de l'espace, j'ai été quelque peu déçu de constater que les tableaux remplissaient très rarement le ciel de haut en bas. Ainsi, il y avait souvent un groupe de gâteaux qui était mis à feu sans pièces aériennes pour l'appuyer en hauteur. L'inverse était aussi vrai : les pièces de gros calibre remplissaient le haut du ciel, mais le bas demeurait désespérément vide.

Chose certaine, vu la quantité de grosses bombes (8" à 12") présentes dans ce spectacle, le public à l'extérieur de La Ronde a certainement passé un bon moment !

En conclusion, compte tenu des faiblesses au niveau du thème et de la trame sonore, je doute que l'équipe taïwainaise reparte avec un Jupiter cette année. D'Accord aurait fait un excellent spectacle municipal de gros calibre - un Grand Feu Bleu sur les stéroïdes, quoi !

Mon appréciation

Grille d'évaluation

Pièces pyrotechniques 9 / 10
Synchronisation 6 / 10
Bande sonore 5 / 10
Conception technique 6 / 10
Conception pyromusicale 6 / 10
Total 32 / 50
64 %

Source des critères : site officiel.

Album photo

Préparation

Module de mise à feu sans-fil Bugano (compatible Pyrodigital)
Rampe #2
Rampe #3
Rampe #4
Station de tir sur la rampe #1
Station de tir sur la rampe #3

D'Accord


© Simon Turcotte-Langevin, 2018

Licence CC BY-NC

Abonnez-vous à mon flux RSS pour ne rien manquer !

Les derniers ajouts

Question ? Commentaire ? Quoi que ce soit d'autre ?

Contactez-moi !

simon@logiquefloue.ca