Aller à

Logique Floue

25 juillet 2009 - Feu du Québec / Canada

International des feux Loto-Québec, saison 2009

Feu présenté par la firme Royal Pyrotechnie sous le thème Voilà!.

Bande sonore (source : site officiel)

  1. Sound Effect Pyro (Serge Péloquin)
  2. The Courtship (James Newton Howard)
  3. The Beginning (Philip Glass)
  4. The Diva Dance (Eric Serra)
  5. Main Title (Danny Elfman)
  6. Bummel Petrus (André Rieu et Maastricht Salon Orchestra)
  7. Un jeu dangereux (Jean-Marie Benoit)
  8. A toute vitesse (Michel Cusson)
  9. Tell me now (Hans Zimmer and Moya Brennan)
  10. All of them (Hands Zimmer)
  11. August Rhapsody (Van Morrison)
  12. WALL•E (Thomas Newman)
  13. EVE (Thomas Newman)
  14. Rêverie (Michel Cusson)
  15. Flying (James Newton Howard)
  16. Bullies and Sweet Rock (John Debney)
  17. Eragon (Patrick Doyle)

Mon évaluation du feu

En dépit de mon manque flagrant d'objectivité face au spectacle présenté par Royal Pyrotechnie, une firme de chez nous, je dois admettre que leur spectacle intitulé Voilà! avait effectivement tout pour plaire si on fait la part des choses.

Même si le thème était plutôt vague, il faut admettre que la bande sonore était excellente et que les transitions entre les différentes pièces instrumentales étaient très fluides. Il faut souligner à ce chapitre l'excellent travail de Serge Péloquin, le concepteur sonore du spectacle, qui a passé quelques jours en studio pour peaufiner les enchaînements.

Contrairement au feu de l'Argentine, l'espace était très bien rempli cette semaine, notamment grâce aux sept pontons disposés sur le lac des Dauphins et aux deux tours de 20 mètres de hauteur installées sur les rampes flottantes. Les artificiers de Royal Pyrotechnie ont aussi utilisé un grand nombre de chandelles romaines et ont installé une «chute d'eau» pyrotechnique, un effet au sol qui m'émerveille toujours. Même si leur chute était plus modeste que celle de la Corée du Sud l'an dernier, il n'en demeure pas moins qu'elle était fort réussie.

Deux moments forts du spectacle m'ont littéralement donné la chair de poule. Sur Diva Dance, le synchronisme irréprochable entre les feux au sol et la mélodie pourtant très rapide (et tout aussi difficile sur le plan vocal) était très spectaculaire. Je craignais que cette chanson ne subisse pas le traitement pyrotechnique qu'elle mérite, mais c'était sans compter l'ingéniosité de l'équipe de Royale Pyrotechnie. À la fin de la séquence, je me suis exclamé «WOW !» deux fois plutôt qu'une !

Par ailleurs, les pontons ont été utilisés avec brio sur Bummel Petrus. De petites étoiles multicolores étaient lancées à basse altitude et rappelaient des poissons qui sautaient hors du lac. Encore une fois, le synchronisme était sans faille.

Un petit bémol cependant : j'estime que les couleurs n'étaient pas assez variées. Il y avait un peu trop d'étoiles dorées à mon goût, une tendance qui se répète d'un feu à l'autre cette année, et beaucoup de pièces blanches.

Le concepteur du feu, Yanick Roy, voulait «créer des souvenirs» chez les spectateurs. Grâce à un choix judicieux de pièces pyrotechniques, à une excellente trame sonore et aux très nombreux «salutes» qui ont été lancés tout au long du spectacle, il a très certainement réussi son pari. Même si j'aimerais bien que Royal Pyrotechnie remporte le Jupiter d'or, j'estime que le feu de la Chine était très légèrement supérieur. Ma prédiction : Royal repartira avec un Jupiter d'argent.

Respect des critères de la compétition

Critères d'évaluation (source : site officiel)
Pièces pyrotechniques 9 / 10
Synchronisation 9.5 / 10
Bande sonore 9.5 / 10
Conception technique 9.5 / 10
Conception pyromusicale 9 / 10
Total 46.5 / 50

Album photo

Voilà!


© Simon Turcotte-Langevin, 2014

Licence CC BY-NC

Abonnez-vous à mon flux RSS pour ne rien manquer !

Les derniers ajouts

Question ? Commentaire ? Quoi que ce soit d'autre ?

Contactez-moi !

simon@logiquefloue.ca