Aller à

Logique Floue

Le Grand Feu Bleu 2010 - Sur les rampes

Pour la firme Sherbrookoise FAE Pyrotechnie, le Grand Feu Bleu 2010 représentait leur plus gros feu tiré à partir de barges et de radeaux, et un de leurs plus gros spectacles toutes catégories confondues. Je me suis donc rendu sur les rampes de lancement afin d'avoir tous les détails techniques sur cet événement majeur du quartier Ste-Rose, à Laval.

Disposition des rampes de lancement

Le quai de 50 mètres - la photo a été prise au milieu

Une des deux barges de pièces aériennes

FAE Pyrotechnie utilisait trois positions de tir sur l'eau et une position sur la terre ferme (en l'occurence, sur l'île Joly). Sur la rivière des Mille-Îles, un quai de 160 pi. (50 mètres) était utilisé pour les petits effets (chandelles romaines, gâteaux, comètes et mines) et il était flanqué de deux barges, une de chaque côté. sur lesquelles étaient mises à feu des bombes aériennes d'un calibre maximal de 5" (127 mm) ainsi que quelques bombes nautiques.

Quant aux bombes de gros calibre (6" à 12" - 154 à 305 mm), elles étaient mises à feu depuis l'île Joly. Alors que les mortiers de 6" et de 8" (154 et 203 mm) étaient disposés dans des supports, les mortiers de très gros calibre (10" et 12" - 254 et 305 mm) étaient pour leur part déposés dans des barils remplis de pierre concassée.

Une troisième barge était initialement prévue très près des spectateurs, afin de supporter une pièce montée en forme de papillon, mais la pluie torrentielle qui s'est abattue sur les rampes de lancement avant le début du spectacle menaçait de causer des ratés avec le type d'effet utilisé. Pour cette raison, les artificiers de FAE Pyrotechnie ont décidé de garder ce segment en réserve pour la prochaine édition, en espérant que la météo soit cette fois plus clémente.

En dépit de la pluie diluvienne, la poudre est restée au sec grâce à l'enveloppage méthodique de chaque bouche de mortier dans un feuillet d'aluminium et de l'imperméabilisation systématique de tous les petits effets.

Types d'effets utilisés

Éventails sur une barge

Au niveau du quai flottant, on retrouvait tout un assortiment de chandelles romaines, de gâteaux, de comètes et de mines provenant de manufacturiers espagnols et italiens, répartis en sept postes de tir.

Les deux barges étaient remplies d'effets aériens variés d'un calibre de 4" (102 mm) et de 5" (127 mm), en plus d'une grande quantité de bombes nautiques. De plus, ces barges comprenaient aussi plusieurs éventails de comètes et de mines.

Sur l'île Joly, on retrouvait notamment des bombes multi-bris d'un calibre de 8" (203 mm), parmi les quelques 78 bombes de 6" (154 mm), 75 bombes de 8" (203 mm), 6 bombes de 10" (254 mm) et 4 bombes de 12" (305 mm). Dans le cas de ces dernières, chacune d'elles peut coûter de 1000 à 1800 $, en fonction de la complexité de l'effet qu'elles contiennent.

Détails techniques de la mise à feu

Module de mise à feu FireOne et transmetteur sans-fil

FAE Pyrotechnie dispose de deux systèmes de mise à feu informatisés : FireOne et PicoLab. Dans le cas du Grand Feu Bleu, la mise à feu était effectuée par deux consoles de tir FireOne.

Comme le CD contenant la trame sonore du spectacle utilise un des deux canaux audio pour transmettre la base de temps informatisée à la console de mise à feu pour synchroniser le spectacle à la musique, une des deux consoles de tir était placée sur la Berge des Baigneurs et était reliée directement au système de sonorisation. L'autre console était pour sa part placée sur l'île Joly.

Pour éviter de passer un cable sous-marin, les modules de mise à feu les plus éloignés des consoles de tir et la console de l'île Joly utilisaient un système sans-fil pour se synchroniser à la console principale.

La conception du spectacle

Jean-Sébastien Gagné, concepteur du spectacle, et Jean-Pierre Gagné, président de FAE

Pour respecter la thématique de l'événement, l'organisation de Ste-Rose-en-Bleu avait imposé deux chansons à Jean-Sébastien Gagné, le concepteur, qui devait absolument les inclure dans sa trame sonore. Quant aux autres chansons, le choix demeurait à son entière discrétion.

Le script du spectacle a été préparé directement avec le logiciel utilisé pour programmer les consoles de tir FireOne, ScriptMaster 2000. Comme ce logiciel ne fournit aucune simulation au concepteur, il faut que celui-ci connaisse ses produits par cœur afin de visualiser le spectacle dans sa tête tout au long du processus de conception.

Il semble cependant que FAE ait récemment investi dans un logiciel de simulation compatible avec ScriptMaker 2000. Ainsi, il sera possible de montrer aux clients ce dont le feu d'artifice aura l'air. Cependant, comme cette technique prend beaucoup de temps, la conception au moyen de la méthode traditionnelle restera toujours d'actualité.

La logistique du Grand Feu Bleu

Positionnement du quai de 50 mètres

Positionnement de la barge de gauche

De l'aveu de Jean-Pierre Gagné, le président de FAE Pyrotechnie, un tel spectacle demande beaucoup d'organisation du fait qu'il s'agit d'un site inhabituel, l'essentiel des mises à feu s'effectuant sur un plan d'eau.

Étant donné qu'il s'agit de la première présence de FAE Pyrotechnie sur la Berge des Baigneurs, l'aspect logistique a mérité une attention particulière. Ainsi, il a notamment fallu prévoir le transport des barges par camion-plateforme depuis Sherbrooke, puis louer un bateau et son équipage pour effectuer la mise en place des barges sur la rivière des Mille-Îles.

Par ailleurs, avant même de prendre la route de Laval, trois jours de pré-montage ont été requis dans les ateliers de FAE à Sherbrooke, afin que tous les petits effets et les éventails soient déjà assemblés avant d'arriver sur les rampes de lancement.

De plus, la firme devait réaliser un autre feu d'artifice à St-Jean-de-Matha (près de Joliette) le samedi 7 août, la veille du Grand Feu Bleu. Au lieu de prévoir deux voyages depuis Sherbrooke, ce qui se serait avéré inefficace, le matériel requis pour les deux spectacles a été placé dans le même convoi vers Laval. Rendus sur place, le matériel a été trié, puis un camion a pris le chemin de St-Jean-de-Matha, tandis qu'une équipe d'artificiers restait derrière pour préparer le Grand Feu Bleu.

En plus des trois jours de pré-montage, la préparation du feu a nécessité trois jours de montage supplémentaires, avec une équipe de plus en plus importante. Alors qu'il y avait cinq artificiers sur les rampes de lancement le vendredi, c'est pas moins de dix-huit personnes qui s'occupaient de terminer les derniers préparatifs le dimanche, de manière à ce que tout soit prêt à 21h30 précises.

D'ailleurs, grâce au caractère méthodique de Jean-Pierre Gagné, son équipe n'a eu aucune difficulté à terminer le montage dans les temps.

Remerciements

Je tiens à remercier chaleureusement Sylvain Trudel, Jean-Sébastien et Jean-Pierre Gagné ainsi que toute l'équipe de FAE Pyrotechnie d'avoir pris le temps de m'accueillir sur les rampes de lancement et de répondre à mes nombreuses questions !

Photos de la préparation

Barge de pièces aériennes
Chandelles romaines placées dans des supports
Groupe de bombes de 4 po
Groupe de bombes de 6 po et bombes nautiques
Groupe de bombes de 8 po
Groupe de mortiers de 10 et de 12 po
Groupe de mortiers de bombes nautiques
Jean-Sébastien Gagné, concepteur du spectacle, et Jean-Pierre Gagné, président de FAE
Module de mise à feu FireOne et transmetteur sans-fil
Mortier de 12 po
Positionnement de la barge de gauche
Positionnement du quai de 50 mètres
Quai de 50 mètres
Équipe d'artificiers sur l'île Joly
Éventails sur une barge

Vous en voulez plus ?

© Simon Turcotte-Langevin, 2017

Licence CC BY-NC

Abonnez-vous à mon flux RSS pour ne rien manquer !

Les derniers ajouts

Question ? Commentaire ? Quoi que ce soit d'autre ?

Contactez-moi !

simon@logiquefloue.ca