Aller à

Logique Floue

Sur les rampes avec FAE Pyrotechnie

Mon entrevue avec les artificiers de FAE Pyrotechnie a duré bien plus longtemps que les 45 minutes que je passe habituellement avec les firmes qui participent aux Feux sur glace Telus. À vrai dire, elle a duré les quelques 17 heures que j'ai passées en leur compagnie pendant que je leur donnais un coup de main pour préparer le feu du nouvel an, qui était aussi le cinquième et avant-dernier Feu sur glace : une bombe dans un mortier, une question, répéter jusqu'à la mise à feu !

Conquête du lendemain, pour fêter le passage de 2010 à 2011

L'équipe de FAE Pyrotechnie — je suis le deuxième à partir de la gauche

Comme le cinquième Feu sur glace Telus correspondait avec le feu du nouvel an, tiré à minuit précises le 1er janvier 2011, ce spectacle échappait donc au thème imposé aux autres firmes participant à l'édition 2010.

Hors, quand Jean-Sébastien Gagné, le concepteur de FAE, a reçu les documents de travail préliminaires, ceux-ci stipulaient que son spectacle devait avoir un thème maritime, comme tous les autres feux au programme. Il a donc préparé un mixage préliminaire de sa trame sonore à partir de bandes sonores de films et de musique folklorique et l'a envoyée aux organisateurs.

À ce moment, compte tenu de la date de son spectacle, la Société du Vieux-Port s'est ravisée et lui a plutôt demandé qu'il conçoive un thème qui soulignerait la nouvelle année de façon festive et dont la trame sonore plairait à tous, aux jeunes comme aux plus âgés.

Suite à ce volte-face, l'équipe de FAE se demandait à présent comment satisfaire ces nouvelles exigences. En effet, leur concept initial devait être revu considérablement. Toutefois, le directeur des Feux sur glace Telus, Jean Bérubé, leur a offert quelques pistes de réflexion et quelques conseils au niveau de la sélection musicale; il n'en fallait pas plus pour alimenter l'inspiration de Jean-Sébastien Gagné et de ses collègues. Quelques jours de travail plus tard, la trame sonore et le script étaient fin prêts pour la mise à feu.

Détails techniques du spectacle

Les 11 postes frontaux de petits effets

Détail du poste central

Pour avoir une dynamique festive tout au long du spectacle, Jean-Sébastien Gagné a choisi de ne pas utiliser d'effets au sol, comme des bengales ou des fontaines, et de miser sur les pièces aériennes et les gâteaux de gros calibre. En effet, Conquête du lendemain contient un grand nombre de bombes de 5 et de 6 pouces (127 et 154 mm) et de gâteaux de 50 mm au détriment des effets plus petits.

De plus, les effets sonores ont une plus grande place qu'à l'accoutumée dans le spectacle, car ce type d'effet permet aussi de maximiser l'aspect festif du spectacle.

Au niveau de la finale, Jean-Sébastien Gagné a décidé de se démarquer des autres spectacles des Feux sur glace en conçevant un dernier tableau à base de pivoines et de dalhias multicolores en étages précédés par des gâteaux d'effets sonores d'une durée de 30 secondes.

Les fabricants représentés dans ce spectacle proviennent de l'Europe, avec les firmes italiennes regroupées dans le consortium Pirico et Panzera S.A.S., et les firmes espagnoles Vicente Caballer et Pirotècnia Igual, et de la Chine, avec les firmes Lidu (Hands) et David Whysall («DW»).

Jean-Sébastien Gagné a prévu 11 postes de tir frontaux, ce qui représente une différence marquée par rapport aux cinq postes installés par les autres firmes qui ont participé à l'édition 2010.

La mise à feu est effectuée avec le système FireOne au moyen de deux consoles de tir, de modules de tir filaires et de quelques modules de tir sans-fil aux positions les plus éloignées.

Photos de la préparation

Deux groupes de mortiers de 6 po
Détail du poste frontal #2
Jean-Sébastien, concepteur du spectacle, et Pierre-Luc, co-concepteur
Poste central arrière de pièces de gros calibre
Éventails d'effets monocoups

Vous en voulez plus ?

Exceptionnellement, je n'écrirai pas de critique pour ce spectacle. En effet, le vent, qui est à la fois le meilleur ami et le pire ennemi de l'artificier, s'est retourné contre l'équipe de FAE à un point tel que l'accumulation de fumée résultante a empêché le public placé près du Hangar 16 de voir de longues sections du spectacle. Je ne suis donc pas en assez bonne position pour porter un jugement pertinent sur la prestation de Jean-Sébastien Gagné.

© Simon Turcotte-Langevin, 2018

Licence CC BY-NC

Abonnez-vous à mon flux RSS pour ne rien manquer !

Les derniers ajouts

Question ? Commentaire ? Quoi que ce soit d'autre ?

Contactez-moi !

simon@logiquefloue.ca