Aller à

Logique Floue

Meuble pour un clavier

Support à PSR-1500 sophistiqué

Déménagement oblige, je dois revoir le principe derrière mon actuel support pour mon clavier Yamaha PSR-1500. Je décide d'utiliser la même approche que mon support à guitares, soit le pin comme matière première et une teinture à l'huile de couleur Cerisier traditionnel pour la finition.

Le schéma AutoCad

Le schéma AutoCAD initial

Emporté par l'élan de mes 2 tasses doubles de café Spécial-Simon, je dessine en l'espace de quelques heures sur AutoCAD un ambitieux plan pour mon meuble à clavier, qui intègrerait un rack 8U (avoir de l'équipement de studio en rack est une de mes ambitions) et deux tablettes, une pour mon Pod XT (malheureusement pas en rack) et l'autre pour mes menus accessoires de guitare (les pics, qui ont une tendance à disparaître, et mon capo).

Propulsé par la fébrilité qui accompagne chacun de mes nouveaux projets, je suis prêt à passer à l'achat de la matière première !

L'achat des matériaux

Lorsque je passe au RO-NA L'entrepôt du Carrefour Laval (où j'ai passé un été à me faire des bras à force de déposer des dalles de patio et des sacs de terre dans les autos des clients), on attire mon attention sur le Brico-Pano, un produit de pin lamellé en planches de taille respectable. À ce qu'il semble, ce matériau facile à travailler est idéal pour faire des meubles. Tiens donc !

90$ plus tard, je suis aussi équipé de bois et de diverses fournitures qu'on peut souhaiter l'être et je n'ai qu'une hâte : faire en sens inverse les quelques 30 km qui me séparent de chez moi et commencer la construction.

Construction, 1ère partie

Les pièces du meuble après quelques passes à la toupie

Après avoir rapporté deux fois plutôt qu'une les dimensions saisies dans AutoCAD sur les planches, je les passe sans ménagement à la scie. Le tout se passe sans histoire, donc je décide de commencer immédiatement le dégauchissage des coins à la toupie, tant qu'à faire dans la production de poussière. Je choisis un fer à doucines romaines («Roman Ogee») 1/4" pour former les bords extérieurs des panneaux structurels afin de rester conforme au style de ma planche à guitares (pour laquelle j'ai par contre opté pour un fer 1/2").

Comme je prévois encore monter des rails sur le côté droit pour de l'éventuel équipement en rack, je raisonne que le fer plus petit me permettra de disposer encore d'une quantité acceptable de bois solide sur le côté intérieur pour poser les vis.

Pour ce qui est des trois tablettes, je décide à la dernière minute de ne pas passer le fer sur la section centrale (où se trouvera une poignée assortie) afin dans un premier temps de faire plus esthétique et dans un deuxième temps de me familiariser encore un peu plus avec cet outil, qui m'intimide encore un peu. En effet, je n'ai pas oublié ma première - et seule - tentative de m'en servir à main levée, qui s'est résultée par la volatilisation pure et simple de mon fer droit 1/8" !

Comme je travaille sans guide ni protecteur, la roulette de guidage au sommet du fer 1/4" commence à tourner dans le vide à mesure que les coupes se font plus profondes sur les tablettes, qui sont rainurées sur les deux côtés de leur face avant. Afin de contourner le problème, je décide de passer au fer quart-de-rond pour procéder à la dernière passe. Mal m'en prend, car une fois le travail fini, l'écrou qui le retient à la toupie refuse carrément de se laisser dévisser, que ce soit avec la clé fournie ou avec une clé anglaise et une pince universelle... J'appelle le service à la clientèle de Mastercraft, qui accepte cordialement d'effectuer un échange de l'outil. J'en suis quitte pour perdre mon fer, mais c'est un bien moindre mal...

Construction, 2ème partie (essais désastreux)

La preuve de mon ingéniosité sans bornes : un serre-angle «gossé» avec deux serres.

Si vous retournez au plan AutoCAD, vous remarquerez que deux panneaux, en l'occurence le côté gauche et le sommet du rack 8U, sont censés se joindre en un angle droit extérieur. Je découpe donc un angle composite (à 45o) au banc de scie afin de procéder à l'assemblage avec des vis et un trait de colle.

Lorsque j'en arrive à l'assemblage, je me rends compte que je dispose d'un seul dispositif de serrage en angle droit, donc j'en bricole un de toutes pièces avec deux serres en C de 4" et quelques retailles (pour ne pas marquer le bois).

Ensuite, je tente tant bien que mal de percer des trous pour les vis en rapportant la distance égale à la moitié de l'épaisseur de la planche verticale sur la planche horizontale. Cette technique ne fonctionne évidemment pas : le trou requis pour laisser passer la vis (de calibre #8) à travers la planche horizontale enlève trop de matériau et ne laisse qu'une mince lisière de bois pour garantir la solidité du joint... Lorsque j'utilise une fraise afin que la vis, une fois en place, ne dépasse pas de la planche, le bois cède... Super ! Ça m'apprendra à faire des joints à 45o...

Fin de la construction !

En utilisant le même dispositif de serrage à angle droit qu'à l'étape précédente, j'attaque l'assemblage du support du meuble au moyen de colle de menuisier et de trois vis par côté pour une solidité accrue. Le résultat : une ébauche de meuble très solide, mais dont la patte de droite est inexplicablement penchée de quelques degrés vers l'intérieur.

Tant pis, il est trop tard pour rectifier le tir ! Comme ce défaut sera difficilement visible de l'autre côté de la pièce, je décide de passer outre et de commencer la finition, étant donné que la partie intérieure qui aurait servi à faire le rack 8U est trop endommagée pour être utilisable.

Le ponçage de finition et la teinture

Le meuble assemblé et prêt à être teint

J'utilise ma ponceuse 1/4 de feuille Black-and-Decker pour réaliser le ponçage final en trois étapes (papier 60, 100 et 220), ce qui laisse une couche de poussière appréciable dans l'atelier et sur mes tubes à vide qui y sont stockés. Après avoir copieusement passé l'aspirateur, j'entame l'application de la teinture au moyen d'une technique fort avancée : la bonne vieille guenille saturée !

Étant donné qu'il est recommandé d'appliquer un conditionneur sur le pin avant de le teindre, je décide d'en appliquer sur les faces visibles du meuble avant de leur donner leur couleur, mais de laisser le dessous au naturel dans le but de comparer la couleur et ainsi de déterminer si cette étape supplémentaire sert véritablement à quelque chose.

Le verdict : je ne vois aucune différence dans la couleur entre les faces pré-conditionnées et les autres. Peut-être que cela a à voir avec la couleur que j'ai choisie (cerisier traditionnel), qui est tout de même assez foncée... Comme le disent les américains : YMMV.

Application du vernis

Une semaine après avoir terminé la teinture, j'applique le vernis. Comme il me reste encore quelques pinceaux en mousse (qui ont été utilisés pour appliquer le conditionneur), je décide de tenter d'économiser en les utilisant pour appliquer la première couche. Mauvaise idée ! Le fini est beaucoup moins égal qu'avec un pinceau plus conventionnel, donc c'est sans surprise que je retourne à la quincaillerie pour en acheter un meilleur pour terminer le travail !

L'installation, enfin !

Le meuble, une fois installé

Finalement, après quelques semaines de travail à temps perdu et une toupie neuve, le meuble est terminé ! Je fais quelques tests afin de m'assurer que le poids du clavier ne le fera pas basculer vers l'avant et me rend compte du même coup que le pin est un matériau beaucoup trop léger pour être utilisé sans être ancré à un mur avec un poids lourd comme mon PSR-1500 qui repose sur la tablette une fois celle-ci complètement sortie.

Avant de l'installer de manière définitive, j'improvise des pattes protectrices pour ne pas égratigner le plancher de ma chambre avec des rondelles de caoutchouc qui traînaient et quelques vis #8.

Une équerre de 1/2" en acier et une vis de 3 pouces solidement ancrée dans le montant du mur assurant la solidité de mon nouveau meuble, je dépose précautionneusement mon PSR dessus et inaugure le tout en jouant quelques notes. Mission accomplie ! Enfin presque...

Modifications prochaines

© Simon Turcotte-Langevin, 2017

Licence CC BY-NC

Abonnez-vous à mon flux RSS pour ne rien manquer !

Les derniers ajouts

Question ? Commentaire ? Quoi que ce soit d'autre ?

Contactez-moi !

simon@logiquefloue.ca