Aller à

Logique Floue

GT Chasse au Jeumont

Mon premier rendez-vous de métrophiles

Je fréquente les forums du site Métro De Montréal.com depuis bientôt un an et j'avais vu à de nombreuses reprises des invitations à participer à des visites en groupe du métro, mais je n'avais pas encore participé à aucune de ces réunions de métrophiles, surnommées GT. Comme magesnz, un des membres, avait formulé son désir d'organiser une séance en règle de repérage des anciens éléments du Train Jeumont, j'ai décidé de me joindre à sa joyeuse bande de métrophiles afin de pouvoir immortaliser l'événement avec mon appareil photo et disposer de clichés pour illustrer mon article sur cette rame mythique.

Départ de Lionel-Groulx

Carte du métro de Montréal La carte du Métro, utile pour suivre notre périple !

J'arrive quinze minutes avant l'heure prévue à la station Lionel-Groulx, qui doit nous servir de point de départ. En effet, comme les quais sont superposés, il est très facile de voir les numéros des voitures qui circulent dans les deux directions sur la ligne 1 – Verte, où sont affectés les éléments restants du Jeumont. De plus, nous pourrons accéder facilement à notre train en descendant quelques marches s'il entre en station au mauvais niveau ou attendre qu'il atteigne l'extrémité de la ligne et revienne, un trajet d'une trentaine de minutes.

Armé de mon nouvel appareil photo, qui a une sensibilité maximale de 1 600 ISO, idéale pour les endroits aussi obscurs que le métro, je fais le pied de grue quelques minutes à l'endroit désigné. Ça m'apprendra à arriver aussi en avance !.. Par chance, j'ai de quoi m'occuper : un pigeon est entré dans la station et parcourt le quai du haut de ses petites pattes. Je saisis les déplacements de ce passager étrange sur pellicule (numérique, il va s'en dire !), histoire de passer le temps. Au moment où je remets l'appareil dans mon sac, magesnz lui-même arrive, accompagné de sa femme. Nous faisons les présentations et parlons boutique en attendant que les autres métrophiles se pointent à leur tour.

Quelques minutes passent, puis Classic8429 et son ami arrivent. Il est précisément 13h27. Super ! Tout le monde est arrivé en avance. Nous parlons un peu des prévisions un peu fatalistes d'un autre membre du forum, qui souligne que les éléments du Jeumont sont très rarement en service le week-end. À cet instant, comme pour le contredire, un train MR-63 entre en station. Je regarde défiler les numéros des voitures quand je reconnais les familiers 81-583 / 80-042 / 81-584, que je connais maintenant par coeur. Je m'écrie, triomphant : Il est là !

L'élément 42, cet incorrigible timide !

Groupe du GT Les métrophiles du GT (je suis derrière l'appareil photo)

Nous nous précipitons à l'intérieur des wagons mythiques et je brandis, heureux, mon appareil photo dans le but d'immortaliser le numéro de la voiture dans lequel nous prenons place, la motrice 81-584. Je demande aux autres membres du groupe de se regrouper afin de prendre un cliché qui témoignera de leur présence dans le Jeumont en ce samedi après-midi. Quelque part sous le centre-ville de Montréal, j'appuie sur le déclencheur et fixe le GT Chasse au Jeumont 2008 en images pour la postérité. Nous avons réussi !

Nous poursuivons notre chemin sur la ligne 1 – Verte jusqu'à Honoré-Beaugrand et sommes un peu déçus que l'élément 42 soit plus timide que son confrère, le 41, et ne fasse résonner les notes de son hacheur de courant qu'exceptionnellement.

Dix-neuf stations plus loin, au terminus, nous traversons les voies par la passerelle et attendons que notre train achève la manoeuvre de tiroir, qui lui permet de changer de direction. Nous optons cette fois pour la motrice 81-583, dans l'espoir qu'elle manifeste son appartenance à l'ancien Jeumont plus bruyamment. C'est peine perdue : l'élément 42 est vraiment plus silencieux que l'élément 41, à bord duquel nous avions tous déjà réussi à prendre place chacun de notre côté.

Une fois à la station Papineau, nous sommes tous agréablement surpris que le hacheur de courant fonctionne à pleine puissance, ce qui nous permet à tous d'entendre les 5 paliers de fréquences comme autant de notes de musique. Nous continuons notre chemin vers Lionel-Groulx, notre point de départ, afin de pouvoir tenter de repérer un autre train, qui contient une oeuvre artistique dans sa remorque centrale et qui circule pour sa part sur la ligne 2 – Orange.

Attente à Lionel et panne de courant

MR-63 à Lionel-Groulx Un train MR-63 à Lionel-Groulx

Nous voilà donc de retour au point de départ à attendre que se pointe maintenant la remorque 78-007 (merci à magesnz de m'avoir rappelé que la numérotation des remorques commence par 78 et non 79 sur les MR-73), qui contient cette fameuse oeuvre d'art. Le Jeumont nous dit au-revoir en faisant chanter son hacheur de courant une dernière fois pour la route et disparaît dans le tunnel en direction Angrignon.

Les autres membres du groupe profitent de la pause pour aller se ravitailler au Dunkin' Donuts présent entre les deux quais de l'étage supérieur. Je demeure à mon poste, à guetter les trains. Malheureusement, nous jouons de malchance : alors que le Jeumont s'est pointé à 13h30 précises, la 78-007 nous fait languir un peu !

Trente minutes plus tard, l'élément 42 revient nous voir et se stationne au quai d'où nous l'avions pris une heure plus tôt. Alors que les portes s'apprêtent à se refermer, une panne électrique paralyse la ligne et plonge les passagers dans le noir. Je ne fais ni d'une ni de deux : attraper le Jeumont la fin de semaine suppose déjà une chance incroyable; voir le Jeumont victime d'une panne de courant un samedi est tout simplement trop rarissime pour que l'événement ne soit pas immortalisé !

Finalement, la panne ne dure que quelques instants et le train disparaît à nouveau de notre champ de vision une fois que tout est réglé. Nous continuons notre attente, puis, excédés, décidons d'aller à Angrignon demander au CO si l'élément 41 roule lui aussi aujourd'hui, afin de pouvoir prendre place à bord du plus grand nombre d'anciens éléments Jeumont possible ! Nous prenons un MR-63 classique et atteignons le joli terminus quelques minutes plus tard.

Une fois sur place, le CO n'en sait pas plus que nous au sujet de l'élément 41. Il nous confirme que l'élément 42 est bel et bien sur la ligne, mais nous repartons bredouilles. magesnz et sa femme nous quittent deux stations plus loin, car ils ont quelques obligations familiales.

Nous sommes à présent trois métrophiles à bord. Je propose de retourner à Honoré-Beaugrand, vingt-cinq stations plus loin, afin de demander à l'autre CO de la ligne Verte s'il est au courant de la situation de l'élément 41. Comme le garage principal des MR-63 se trouve à cette station, il est plausible que le 41 y soit stationné pour la journée.

Retour à Beaugrand, ou l'importance de l'amabilité du personnel

À Honoré-Beaugrand, nous abordons le CO et je lui demande si le «Jeumont 41» est en service. Il n'est pas au courant, mais consulte son ordinateur afin de pouvoir nous en dire plus. Mon cœur fait un bond quand il nous apprend que le 41 vient de quitter Berri-UQAM et s'en vient vers nous. Il nous suggère de prendre le train en partance, puis de changer de direction à la station Assomption afin d'embarquer dans notre élément Jeumont, qui devrait arriver quelques instants plus tard. Nous le remercions de nous avoir aidés aussi aimablement et suivons son conseil.

Une fois à Assomption, nous constatons qu'il ne s'est pas trompé : notre train se pointe deux minutes après notre arrivée. Cependant, quelque chose cloche... Les numéros de l'élément central me sont étrangement familiers et pour cause : il s'agit du désormais célèbre élément 42, qui en est à sa deuxième boucle autour de la ligne depuis 13h30 ! Je raisonne que le CO n'a peut-être pas compris que nous cherchions l'élément 41 du Jeumont, mais je fais contre mauvaise fortune bon coeur : c'est quand même ce même employé qui m'avait annoncé l'heure de sortie de ce même élément quelques mois plus tôt. De plus, nous nous entendons sur le fait que nous avons eu droit à un service hors-pair de sa part. Je profite de ma tribune pour le remercier en bonne et due forme, même si son nom m'échappe ! Sait-on jamais, peut-être lit-il les articles des métrophiles dans ses temps libres ?

Finalement, nous décidons de retourner à Berri-UQAM afin de mettre un terme à notre GT. Mon chemin diverge de celui des deux autres membres du groupe et je prends place dans le MR-73 qui me ramène à Montmorency, d'où mon périple dans le métro a commencé.

Merci à tous, j'ai adoré notre expérience ! À la prochaine fois !

GT Jeumont

81-584, le frère muet de l'élément 41
C'est moi
Intérieur du 81-854
La rame du diable
Le groupe du GT
Panne de courant + Jeumont = Chance incroyable
Passager volant
Éclairage d'urgence d'un MR-63

© Simon Turcotte-Langevin, 2017

Licence CC BY-NC

Abonnez-vous à mon flux RSS pour ne rien manquer !

Les derniers ajouts

Question ? Commentaire ? Quoi que ce soit d'autre ?

Contactez-moi !

simon@logiquefloue.ca